23 janvier 2021

LE DROIT - MARIO BOULIANNE

Contrairement au titre de son nouvel extrait, Get out of the Mud, Justine Blanchet est loin d’avoir les pieds embourbés

 L’artiste country a d’ailleurs pris au pied de la lettre la définition de show-business. En plus d’écrire, composer et interpréter ses chansons, elle est aussi aux commandes de sa propre agence d’artistes.


« J’ai récemment créé mon agence afin, en premier lieu, d’avoir le contrôle sur ma carrière et aussi d’offrir mes services à d’autres artistes », explique-t-elle au Droit. J’ai une vision de ce que devrait être ma carrière et du coup, j’aimerais en faire profiter les autres. Ç’a toujours été dans mes plans d’être mon propre patron. »


Son agence, Nova Media, a déjà quelques artistes dans son écurie, dont le Beauceron Phil Lauzon.

« J’y vais à petits pas, confie l’artiste et femme d’affaires. Je viens de terminer mon certificat en marketing  et j’ai entrepris un bac en communications alors, j’ai encore bien des choses à bâtir. Je ne veux surtout pas précipiter les choses et me retrouver devant un mur. »

Vers un album

Cette fibre entrepreneuriale sied très bien à l’artiste qui, depuis le début de la pandémie, tire bien son épingle du jeu. D’ailleurs, elle a lancé l’été dernier un premier extrait, Got Away, qui s’est bien débrouillé sur les palmarès country au pays.

Avec Get Out of the Mud qui devrait arriver sur les ondes radiophoniques le 1er février, l’artiste de 20 ans s’impose de plus en plus sur l’étiquette du new country canadien.

« Le nouvel extrait sera lancé partout au Canada et je ne cache vraiment pas mon but qui est de percer le marché canadien, insiste-t-elle. Mes dernières chansons sont en anglais et mes ambitions sont assumées. »

À la suite de ces deux premiers extraits, Justine Blanchet se dirige vers la production d’un premier album.

« Je n’ai pas encore d’échéancier, dit-elle. Comme pour mon agence, je veux faire les choses sans sauter d’étapes. Pour l’instant, je vais voir quelle sera la réception du nouveau single. J’ai beaucoup de chansons dans mon tiroir. Je crois que nous pourrions sortir un album d’ici la fin de l’année. On verra. »

Produit par Yann Belanger (Emerson Drive) au studio Nashville Nord de Mont-Laurier et écrit par Justine Blanchet, le nouveau single sera disponible sur toutes les plateformes numériques le 12 février. La chanson sera également suivie d’un vidéoclip — dont la chanteuse a écrit le script et produit par La Clic — qui fut tourné en septembre dernier.

Une nature country

Pour l’artiste originaire de Saint-Jérôme, le country coule dans ses veines depuis très longtemps.

« Je chante depuis que je suis toute petite, confiait-elle lors d’une entrevue l’été dernier. Après une appendicectomie à l’âge de 11 ans, je me suis dit qu’il fallait que je vive chaque journée comme si c’était la dernière et la seule chose que je voulais faire, c’était la musique. »

Après une formation de base en chant lyrique (opéra) et quelques concours de chant, Justine s’est tournée naturellement vers le new country.

« J’écris et compose mes chansons, ajoute-t-elle. J’adore raconter des histoires et le country est le véhicule parfait pour le faire. Pour Got Away par exemple, c’est une chanson très personnelle. J’y raconte l’histoire d’une personne qui doit s’éloigne d’une autre qui vous ne mérite pas. Pour Get out of the Mud, j’utilise l’analogie d’un camion embourbé pour dire que les mauvais moments ne sont pas éternels et que le soleil poindra toujours après la pluie. »

La musicienne qui s’accompagne à la guitare veut continuer d’exploiter son côté storyteller qui sied bien au style de musique qu’elle a adoptée.

« J’aime beaucoup l’authenticité des textes dans la musique country, explique-t-elle. C’est cette simplicité qui m’attire. Aujourd’hui, je préfère ne pas me compliquer la vie plus qu’elle ne l’est en ce moment avec la pandémie. Je me concentre sur le présent et sur ce que je peux contrôler. »